MINISTÈRE DES EAUX, DES FORETS, DE LA MER ET DE L'ENVIRONNEMENT, CHARGE DU PLAN CLIMAT ET DU PLAN D'AFFECTATION DES TERRES

Sceau de Republique Gabonaise

DISCOURS DU MINISTRE DE LA FORET, DE LA MER ET DE L'ENVIRONNEMENT, CHARGE DU PLAN CLIMAT,Lee James Taylor WHITE A L'OUVERTURE DU GABON WOODSHOW 2019

Logo

DISCOURS DU MINISTRE DE LA FORET, DE LA MER ET DE L'ENVIRONNEMENT, CHARGE DU PLAN CLIMAT, Lee James Taylor WHITE A L'OUVERTURE DU GABON WOODSHOW 2019

 

  • Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
  • Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de missions diplomatiques
  • Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

 

Je voudrais avant tout, au nom du Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, saluer très chaleureusement, l’ensemble des personnalités ici présentes, qui ont accepté d’honorer de leur présence cette cérémonie qui marque le lancement de la 2ème Edition du salon international Gabon Wood Show. Que nos amis venus d’ailleurs trouvent ici l’hommage de notre profonde reconnaissance.

Il me plait ensuite, en votre nom, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, de remercier tous les partenaires de cette exposition spécialisée, particulièrement Gabon Special Economic Zone (GSEZ) et Strategic Marketing Exhibitions, pour leur accompagnement et leurs appuis logistique et technique dans l’organisation de cet évènement.

En effet, cette rencontre majeure, qui réunit durant trois jours, plusieurs exposants, investisseurs, hommes d’affaires et transformateurs de bois est une vitrine pour le Gabon et pour l’Afrique centrale. Elle témoigne de la dynamique d’industrialisation de la filière forêt-bois et le soutien aux efforts de notre pays en matière de gestion durable et de valorisation des ressources forestières.

Mesdames et Messieurs,

Lorsqu’en 2009, le Président de la République, Chef de l’Etat, son excellence Ali BONGO ONDIMBA prenait la mesure forte d’interdire l’exportation des grumes, notre pays marquait une rupture dans le mode d’exploitation d’une de ses principales ressources naturelles renouvelables.

Et pour rendre opérationnel ce choix économique stratégique qui prenait en compte les potentialités d’un secteur porteur de croissance, des actions concrètes ont été engagées, notamment :

  • la création de la Zone économique à régime privilégié de Nkok en 2011;
  • le lancement du Cluster du bois en 2016 ;
  • la mise en place du hub de Lastourville en mars dernier.

La tenue de ce salon international aujourd’hui au Gabon pour la deuxième année consécutive est une opportunité pour impulser une dynamique nouvelle et soutenue à la transformation plus poussée du bois des essences diversifiées des forêts naturelles de la sous-région d’Afrique Centrale.

En ce qui concerne le Gabon, il faut noter que grâce aux avantages fiscaux et douaniers dont bénéficient les entreprises installées ou celles en cours d’implantation dans l’industrialisation de la filière bois, l’attractivité de notre pays dans ce secteur d’activité est parfaitement visible.

Le nombre d’opérateurs et leurs productions ne cessent d’augmenter. Ainsi, de 2010 à 2018 :

  • le nombre d’unités de transformation du bois est passé de 86 en 2010 à 167 en 2018. La semaine dernière encore, j’ai lancé officiellement les activités d’une entreprise à NKOK qui a investi 1 milliard 300 millions de FCFA qui vont générer 150 emplois ;
  • le volume de bois transformé est passé de 280 mille m3 à plus de 1 million 300 mille m3 à ce jour.

En 2018, ce sont près de 900 mille m3 de produits transformés qui ont été exportés vers l’Asie, l’Europe et le Moyen-Orient.

A ce titre, l’apport de la filière bois au PIB s’est significativement accru à travers son passage d’un modèle de rente à un modèle productif davantage créateur de richesses. Elle a permis de créer plus de 10.000 emplois depuis le début de la décennie.

Mesdames, Messieurs,

Certes notre tissu industriel de transformation est encore dominé par les unités de 1ère transformation. Je profite donc de cette tribune pour inviter les potentiels investisseurs dans la 2ème et 3ème transformation du bois à venir prospecter les opportunités d’affaires dans ces niveaux plus poussés.

Le déficit en logements dans le pays ouvre des voies pour la mise en place de prototype de maison en bois et de production de matériaux de construction au sein de la Zone Economique Spéciale (ZES) de Nkok.

Ce changement de cap vers la transformation plus poussée a l’avantage d’améliorer les rendements matière et d’optimiser l’utilisation du bois par la fabrication des produits plus élaborés, à forte valeur ajoutée.

 

En outre, bien qu’étant peu développé, le marché du bois de l’Afrique Centrale présente d’énormes opportunités d’affaires au regard de la demande des produits forestiers qui augmentera de manière significative en Afrique d'ici 2022.

Le Gabon entend devenir un pays industriel, exportateur des produits forestiers de la 3ème transformation « made in Gabon ».

Pour y parvenir, le Gouvernement ne cesse de promouvoir la modernisation des industriels grâce à l’instauration d’une fiscalité attractive et l’exonération des taxes douanières des machines importées.

L’approvisionnement des usines est assuré grâce à l’engagement des titulaires des permis dans la gestion forestière durable.

   L’accès aux marchés écologiquement exigeant est aussi sécurisé par la certification à l’horizon 2022 de toutes les forêts gabonaises.

Cependant, des cas d’exploitation illégale de la forêt ont été enregistrés. Il s’agit là d’une véritable menace à la gestion durable comme pour le Kevazingo qui alimente les chroniques judiciaires.

Actuellement, il est fait obligation d’exporter le cette essence uniquement sous forme de produits issus de la 3ème transformation, avec pour objectif de réguler son exploitation.

Il s’agit là de l’une des mesures fortes prise par le Président de la République, Chef de l’Etat dans sa lutte contre la criminalité économique. Pour ma part, je prône « la transparence radicale ».

Plus globalement Dans notre esprit, le développement de la filière forêt-bois s’inscrit dans une optique de développement durable qui repose sur l’exploitation rationnelle des ressources pour assurer leur disponibilité et prévenir l’impact des activités industrielles sur l’environnement.

Distingués invités, Mesdames et Messieurs

Le Gabon WoodShow n’est pas qu’une vitrine pour les progrès industriels et technologiques au service de la transformation du bois. C’est une rencontre internationale qui vise à encourager les pays d’Afrique Centrale à promouvoir les essences peu ou pas connues grâce à la recherche scientifique, à accroître la compétitivité des produits transformés, à mettre en place des politiques innovantes et créer des mécanismes pertinents d’appui aux opérateurs.

Dans ce sens, le nouvel élan de l’industrialisation de la filière bois que nous voulons impulser passerait par l’amélioration constante de l’outil de transformation du bois. L’objectif étant de relever le taux du rendement-matière qui ne se situe qu’autour de 55% dans la sous-région.

Le Gabon Woodshow traduit la réalité tangible de la volonté de nos plus hautes autorités à réaliser l’intégration de nos économies forestières.

C’est sur ces mots que je déclare ouverte la Deuxième Edition du Gabon WoodShow en espérant fortement qu’elle donnera lieu à de nombreuses découvertes et des échanges fructueux entre ses participants.

Je vous remercie.  

Modifié : 05 / 07 / 2019